TRAIA, de Jean-François Bernardini - Des mots et des toiles créées et vendues au profit intégral de l'afc-UMANI
  PRÉSENTATION

Quand'eo ne cantu, mi si pare di pinghje u mondu
quand'eo ne scrivu hè quantu ch'eo fia disegni
Fendu disegni mi si pare di scrive
pesu e mio vele, cacciu i mio panni
Sarà bisognu o mancanza ?
Ne pittore, ne artista
nantu à a tela mi facciu zitellu

in gioia, in libertà
zitellu sò, à u pede, à l'alma di issa lingua
squassata, silenziosa, inghjuliata, disprezzata, ricusata, invisivvile, invista
ma presente
Issa lingua chi i nostri ochji anu persu di vista. Issa lingua chi ùn si vede, chi ùn si face vede
luntanu da i nostri sguardi, mai in li nostri ochji, mai in le nostre mane
Ma viva, amata, aspettata, ricunnisciuta, invinta, invitata
A nostra lingua more
ma ùn pienghjimu micca
ùn hè micca lingua chì smarisce
ghjè l'ànima di a to terra
sì tù chì ti perdi, eo mi morgu di tè
À perde a so lingua hè quantu chì a to pianetta perdissi u sole
Omu ùn dice micca ciò chì omu vede. Omu vede ciò chì omu dice
allora, per un perdemi, cercu a mio lingua
Da zitellu, marchju incù a mio parulla è u mio cantu
vò cum'è cantu, vò induve ùn aghju paura d' andà
L'arte hè una parulla
Eccu u mio filu pè purtà a mío anima à u mondu. A mio traia à u Mondu
Jean-françois Bernardini

Traia (da u latinu traere) : forza, énergia

 


Quand j'écris mes textes, j'ai l'impression de dessiner
quand je chante, j'ai quelquefois le sentiment de peindre le monde
Quand je dessine, j'ai le goût d'écrire
je lève mes voiles, j'enlève mes voiles
Est-ce un besoin ou un manque ?
Ni peintre ni artiste
sur la toile je ne suis qu'un enfant

je le suis dans la joie et la liberté
je le suis au pied de la lettre et des mots de cette langue
langue effacée, silencieuse, humiliée, méprisée, refusée… invisible, invue
mais présente
Cette langue que nos yeux ont perdu de vue, cette langue qui ne se voit pas
loin des regards, jamais dans nos yeux, jamais entre nos mains
Mais vivante, aimée, désirée, reconnue, invincible, invitée
Notre langue meurt
et nous ne pleurons pas

non, ce n'est pas une langue qui disparait
c'est l'âme de ta terre
c'est toi qui te perd
Perdre sa langue c'est un peu comme si ta planète perdait le soleil
On ne dit pas ce que l'on voit, on voit ce que l'on dit
alors, je cherche ma langue pour ne pas me perdre
Comme un enfant, j'avance avec ma parole et mon chant
je vais comme je chante là où je n'ai pas peur d'aller
L'arte hè una parulla. L'art est une parole
C'est ma manière de porter mon âme au monde, ma force au Monde
Jean-françois Bernardini

Traia (du latin traere) : force, attrait, énergie


 

*« Ringraziendu u Signore, ci ferma sempre un pocu di traia... en remerciant le Bon Dieu, nous reste encore un peu de force ».
Ghjuvanni di a Grotta (1929)

Toutes les toiles réalisées par Jean-François Bernardini sont vendues au profit intégral de l'associu pè una Fundazione di Corsica-UMANI.

 

 

 

 

 

Facebook afc-UMANI Suivez-nous sur Facebook

Inscrivez-vous à notre Newsletter


afc-UMANI - Associu pè una Fundazione di Corsica - Association pour une Fondation de Corse
BP 55 - 20416 Ville di Petrabugnu Cedex - Tél. + 33(0)4 95 55 16 16 - Email : afc@afcumani.org

© wsylvie 2010

Les oeuvres d'art de l'afc-UMANI Soutenez l'afc-UMANI